Un centre spécialisé dans le traitement bio du cancer
Cancer poumon

Cancer poumon : les causes et les traitements

Le cancer du poumon, baptisé « cancer bronchique » ou « cancer broncho-pulmonaire » se développe à partir de la transformation cancéreuse d’une cellule. Il regroupe un ensemble de pathologies graves, c’est pourquoi il est devenu la première cause de mortalité dans le monde entier, avant n’importe quelle tumeur maligne. Focus sur les causes et les traitements de cette maladie.

Le cancer du poumon : les causes

Les principales causes du cancer bronchique sont le tabagisme, l’exposition au gaz radioactif et aux substances cancéreuses.

Le tabagisme

L’exposition tabagique à long terme est à l’origine de cette maladie. Le tabagisme est responsable de 81 % des décès liés au cancer bronchique en France. La consommation d’un demi-paquet de cigarettes par jour pendant 40 ans multiplie par 10 voire par 15 le risque de la formation et la prolifération des cellules cancéreuses. Toutefois, une personne s’expose déjà au cancer poumon dès qu’il fume 7 300 fois par an (équivaut à 1 paquet de cigarettes par jour).

L’exposition aux substances cancérogènes

Le cancer broncho-pulmonaire est souvent causé par l’exposition prolongée à l’amiante ou aux autres substances potentiellement cancérogènes (gaz d’échappement des moteurs diesel, nickel, cobalt, silice, chrome, arsenic…). Les professionnels tels que les maçons, les plombiers, les électriciens, les chauffagistes et les mécaniciens sont les plus concernés par l’accumulation de ces agents pathogènes. Ils risquent une inflammation pulmonaire chronique qui induit à un développement anarchique des cellules cancéreuses, surtout s’ils sont fumeurs.

L’exposition au radon et les antécédents médicaux

Les habitants des régions riches en granit ou en pierre volcanique (la Bretagne, les Vosges, le Massif-Centrale et la Corse) sont les plus touchés par le cancer pulmonaire surtout parce qu’ils aspirent du gaz radioactif (radon) émanant du sol composé d’uranium. Le radon est incolore et inodore, pourtant, il est ionisant et peut stimuler la transformation cancéreuse d’une cellule.

Les antécédents médicaux tels que la silicose, la tuberculose et la broncho-pneumopathie peuvent être également à l’origine de l’apparition d’un cancer poumon.

Les symptômes et les traitements contre le cancer du poumon

traitement

Un cancer bronchique se manifeste par une toux persistante, une difficulté respiratoire et des crachats sanglants. Il s’accompagne de douleurs thoraciques vraiment insupportables, d’une fatigue, d’une dysphagie (difficulté à la déglutition), d’un gonflement à la base du cou et au niveau de la paupière…

Toutefois, la présence d’une tumeur maligne ne peut être confirmée qu’à travers un ensemble de bilans : radiographie, biopsie et prise de sang. Le médecin définit une stratégie thérapeutique en fonction des résultats d’un examen cellulaire anatomo-pathologique (examen au microscope). Il tient compte du grade tumoral (type cellulaire, taille, localisation) avant de proposer au patient le traitement adapté, qui peut être un acte chirurgical, une radiothérapie ou une chimiothérapie.

La chirurgie

L’un des traitements contre le cancer bronchique est la chirurgie. Le chirurgien peut effectuer l’ablation complète d’un poumon ou du lobe pulmonaire en vue d’éliminer totalement la tumeur maligne.

La radiothérapie

Ce traitement consiste à détruire les cellules cancéreuses par des rayonnements ionisants de manière ciblée. Il peut être associé à la chimiothérapie ou la chirurgie en fonction de la gravité de l’affection respiratoire.

La chimiothérapie

La chimiothérapie favorise la destruction des cellules cancéreuses et stoppe leur multiplication. Elle agit sur l’ensemble de l’organisme par le biais de la prise de médicaments par voie veineuse ou orale. Des anticancéreux cytotoxiques sont notamment prescrits en complément d’un acte chirurgical.

Leave A Reply